L’allergie alimentaire est une réaction inadaptée et exagérée de l’organisme envers des protéines normalement inoffensives. Elles sont appelées allergènes.

La forme la plus connue des allergies alimentaires est l’allergie immédiate : celle-ci génère la production d’anticorps appelés IgE, dirigées spécifiquement contre l’allergène concerné.

Le processus de l’allergie alimentaire se déroule en deux étapes :

  • Une première présentation de l’allergène à l’organisme sensibilise celui-ci.
  • Une réaction se produit lorsque l’organisme rentre de nouveau en contact avec l’allergène : c’est l’allergie.

Fréquence et prévalence : quand se présente l’allergie alimentaire ?

3,2% des Français sont actuellement concernés par l’allergie alimentaire : la fréquence et les caractéristiques de l’allergie alimentaire varient incontestablement selon l’âge.

L’allergie alimentaire chez les enfants

1 petit Français sur 12 est touché par l’allergie alimentaire (soit près de 900 000 enfants). Les allergies les plus fréquentes sont celles aux protéines d’origine animale (53% des cas).

Les allergènes mis en cause sont très différents selon les âges :

  • Les enfants de 1 à 3 ans sont les plus souvent frappés par les allergies alimentaires (1 enfant sur 3).
  • Chez le nourrisson, l’œuf, l’arachide et le lait sont les allergènes les plus fréquents. La forme la plus précoce est celle de l’allergie aux protéines de lait de vache (APLV), qui peut apparaître à partir de l’âge de 3 semaines.

La prévalence de l’allergie à l’œuf et au lait diminue avec l’âge, tandis que l’allergie à l’arachide est durable.

L’allergie alimentaire chez les adultes

Chez les jeunes adultes de 15 à 30 ans, 31% des allergies alimentaires ont commencé dans l’enfance.

Après 30 ans, la plupart des allergies alimentaires de l’enfance ont disparu. Par contre, quand elle est installée à l’âge adulte, l’allergie alimentaire guérit très rarement.

Les allergies aux protéines végétales sont les plus fréquentes, elles concernent 84% des adultes.

Les facteurs de risque d’apparition de l’allergie alimentaire

Plusieurs facteurs peuvent influencer l’apparition d’une allergie alimentaire :

  • La génétique : la personne a une capacité héréditaire à fabriquer des IgE, les anticorps dirigés contre les allergènes.
  • L’environnement : pour les personnes sensibles à la pollution ou au tabagisme
  • L’alimentation : la personne a connu une diversification alimentaire parfois trop précoce

Les principaux allergènes alimentaires

90 % des allergies alimentaires correspondent à 14 catégories d’aliments :

  • Lait : plus précisément les protéines du lait de vache. On peut toutefois observer des allergies croisées avec le lait de chèvre ou de brebis.
  • Œuf
  • Arachide
  • Fruits à coque : il s’agit des fruits oléagineux, tels que les noix, noisettes et amandes. La noix de coco n’est pas un fruit à coque !
  • Blé : à ne pas confondre avec l’intolérance au gluten.  Les phénomènes immunologiques mis en jeu ne sont pas les mêmes. En savoir plus sur l’intolérance au gluten.
  • Poissons
  • Crustacés
  • Soja
  • Sésame
  • Moutarde
  • Sulfites : les sulfites sont utilisés comme conservateurs. On en retrouve dans la bière, le vin, le cidre, les fruits secs et certaines pâtes alimentaires.
  • Céleri
  • Lupin
  • Mollusques

Les symptômes de l’allergie alimentaire

Les symptômes d’une allergie alimentaire surviennent entre quelques minutes et quatre heures après l’ingestion. Ces symptômes peuvent être de l’eczéma, l’asthme, les troubles digestifs ou des réactions plus sévères à soigner immédiatement, comme l’œdème de Quincke ou les chocs anaphylactiques.

Attention aux allergies croisées !

Quelqu’un qui est allergique au lait a de fortes probabilités d’être aussi allergique au lait de chèvre ou encore à l’œuf. En effet, cette personne n’est pas simplement allergique au lait mais à un type de protéines qui peuvent être présentes dans différents aliments.

Autre exemple : les allergies au pollen peuvent se croiser avec des allergies alimentaires, comme l’allergie au pollen de bouleau avec celle à la pomme.

Allergie alimentaire versus intolérance alimentaire

L’allergie alimentaire est souvent confondue avec l’intolérance alimentaire. Or, ces deux réactions mettent en jeu des mécanismes totalement différents :

  • Dans le cas d’une allergie : le corps est immédiatement sujet à une réaction immunitaire anormale à l’encontre des allergènes. Il libère alors des anticorps qui vont libérer d’autres molécules, responsables de l’apparition des symptômes.
  • Dans le cas d’une intolérance : les symptômes liés à l’ingestion d’un composant particulier ne sont pas immédiats et s’installent progressivement et dans la durée. La réaction provoquée peut impliquer le système immunitaire ou est provoquée par l’incapacité à digérer le composant suite à l’absence d’une enzyme par exemple.

Le diagnostic d’une allergie alimentaire

Les allergies alimentaires peuvent être très gênantes, voire dangereuses si elles ne sont pas traitées correctement : diagnostiquer la cause de ces allergies est une nécessité pour maintenir le patient dans un état de confort permanent.

Le diagnostic repose sur des éléments cliniques et biologiques :

  • Cliniques : interrogatoire minutieux, enquête alimentaire, réalisation de tests cutanés.
  • Biologiques : tests sanguins (dosage des IgE ou d’autres marqueurs).

Les tests biologiques peuvent s’avérer longs et compliqués : il faut s’armer de patience et de persévérance !

Traiter l’allergie alimentaire : l’éviction

Contrairement à certaines allergies respiratoires ou de contact pour lesquelles il existe des traitements de désensibilisation, il n’existe aucun traitement curatif pour les allergies alimentaires. Cependant, certaines d’entre elles peuvent disparaître naturellement.

Le principal moyen de traiter l’allergie alimentaire est l’éviction totale du ou des allergènes dans l’alimentation.